[ English Portuguese - Spanish ]

Voyage de printemps en Autriche

Un gouvernement fluide et sans papier pour la compétitivité et l’attractivité d’un territoire

De l’Autriche, nous comprendrons l’importance d’une fédération d’identités pour aller jusqu’au bout d’une dynamique de renforcement du lien social dans une articulation optimale entre le domaine régalien, le citoyen et les institutions de relais des services aux citoyens.

Au delà d’une exemplarité en matière de « gouvernement sans papier », ce qui est probablement remarquable en Autriche réside dans la volonté collective de faire du programme d’e-Gouvernement un enjeu de compétitivité afin d’accroitre considérablement l’attractivité territoriale sur quatre thèmes :

  • Au cœur de l’Europe
  • Efficacité administrative et facilité d’implantation
  • Bien vive ensemble
  • Cadre protégé dans une nature privilégiée

Quelques chiffres 2012 sur l’Autriche

8,4 millions d’habitants
4,5% de taux de chômage
74.7% des foyers ont accès à Internet

Classé premier pays en 2010 dans le Benchmark Européen de l’e-Governement (Capgemini, IDC, Rand Europe, Sogeti and DTiC pour la Commission Européenne – décembre 2010)

Classé aussi premier en 2009, 2008, 2007

Meilleure pratique : http://egovlabs.gv.at - base publiques de modules open source

English version 

Attirer pour créer la croissance

Site officiel Belgium.be

L’Autriche a une histoire très voisine de l’Estonie. Ce qui y change, c’est le pari initial et la manière dont l’État Fédéral a su réunir les pouvoirs locaux et les divers partenaires pour ne pas butter sur une forte résistance d’une administration bien enracinée dans ses anciennes lourdeurs bureaucratiques de référence.

Le challenge que s’est donné l’Autriche, dans sa volonté d’emboîter le pas de la modernisation volontariste de l’État, était de développer un contexte de modernité des communications pour les entreprises et créer un cadre de compétitivité très avantageux pour attirer les entreprises et favoriser la croissance socio-économique du pays.

Plusieurs points intéressants font de la réussite Autrichienne un cas d’école.

Focus

e-Stonie

Voyage d'été en e-Stonie

En lire plus...

 

L’Etat montrera l’exemple

Site officiel Belgium.be

(source: Bundeskanzleramt Österreich) <- https://www.help.gv.at/Portal.Node/hlpd/public

Comme en Estonie, le pouvoir régalien s’est appliqué à lui-même les règles qu’il a voulu voir se généraliser. La justice sans papier puis le processus de fabrication des textes de lois puis bientôt l’ensemble des processus gouvernementaux se sont alignés sur le programme de gouvernement sans papier décidé par la Chancellerie Fédérale.

Mais il est aussi remarquable de voir comment le parti du consommateur a été pris d’emblée.

Le consommateur dispose et les instances fédérales proposent, normalisent, sécurisent, garantissent la généralisation et les partenariats à caractère régalien (certification des liens identitaires régaliens distribués par les banques et reconnus par l’État).

Download

Livre blanc: E-Gov 2.0 : Les clés du succès

Choisir et construire son chemin vers le succès - Les meilleures pratiques, les modes opératoires

E-Gov 2.0 : Les clés du succès [PDF - 2.6mb]

Une carte du citoyen et pas d’identité

Site officiel Belgium.be

(source: http://www.buergerkarte.at/index.en.php)

Ainsi le lien identitaire régalien peut être chargé sur une carte bancaire, sur une « carte du citoyen », sur une carte de santé, ou sur un téléphone mobile..

Autre pari gagné, l’adhésion : le rapport à l’identité et la traçabilité sont par trop sensibles dans ce pays. Il fallait montrer que ce titre national était pensé par le citoyen pour le citoyen. La Chancellerie s’est présentée dès lors comme un garant de la protection des citoyens et comme le maitre d’œuvre de la « volonté populaire » …

Il y a probablement beaucoup de similitudes plus que de réelles différences avec les processus d’autres États dans la même situation… mais le fait d’avoir voulu émettre une « carte du citoyen » pour rappeler le lien aux devoirs et droits de celui-ci plutôt que de s’inscrire dans le champ sémantique du contrôle d’identité est un acte majeur de positionnement de l’esprit de la modernisation proposée. Le renforcement du lien social passait avant le besoin de sécurité de l’État. Pris en 2002, alors que le climat ultra sécuritaire de l’après septembre 2001 était encore frais dans les têtes ce pari était une véritable audace, suivi depuis par le Portugal qui fit les même choix.

La fédération des identités

Autre choix remarquable en son temps, la fédération des identités a été mise en œuvre bien avant que Liberty Alliance ait formulé son modèle.

L’efficacité nouvelle dans l’e-Gouvernement vient beaucoup de la transversalité de la gestion de l’information, de la fluidité des workflows et de l’interopérabilité des bases de données.

Comment éviter sinon de redemander sans cesse au citoyen les informations que l’on détient déjà. : la constitution Autrichienne interdit le croisement des bases de données. Sauf à ce que cette interopérabilité soit sous le contrôle du citoyen lui-même et qu’il en ait la clé, avec la possibilité d’accepter ou de refuser. Chaque domaine de l’administration jouit donc d’un identifiant propre comme le lien avec le citoyen, la totalité de ces identifiants ayant une racine commune dont seul le citoyen et la Commission de la Vie Privée détiennent la clé.

Le programme d’e-Gouvernement a été pensé pour le citoyen et par le citoyen avec une volonté claire et fédérée d’en tirer parti pour donner au citoyen un cadre de vie meilleur, renforcer le lien social et la compétitivité du territoire national et local.

Et le citoyen légitime cet effort sans ambigüité. Ils étaient 86% à télé-déclarer leurs impôts en 2010.

Le jeu collectif

En Autriche aussi la sensibilité sur la préservation des effets du carbone et l’élimination du papier ont été mis en haute priorité mais il n’est plus besoin d’y sensibiliser les pouvoirs de décision par une mode GREEN quelconque. La conviction qu’il y a une voie d’harmonie entre les pouvoirs publics et le citoyen dans la solidarité collective autour de la modernisation numérique de l’État a fait bien plus pour le développement GREEN du pays que toutes les modalités de comptages du nombre de cm3 de carbone expirés en trop par les hommes parce qu’ils ont couru inutilement derrière le tram !