Le Salvador


[ English]

Interview de Roberto Siegrist, Directeur de SERTRACEN, El Salvador

Le Salvador a été l’un des premiers pays à introduire un permis de conduire électronique et Sertracen, en sa qualité d’intégrateur du système sélectionné par les pouvoirs publics pour ce projet, a acquis une expérience précieuse.


"Mr. Siegrist, pourriez-vous résumer pour nous le projet et ses avantages concrets ?"

"Nous avons conçu et fourni une solution de carte à puce multi-application de dimension nationale permettant de gérer le permis de conduire, les procédures et les processus d’immatriculation des véhicules et de paiement des taxes. Nous avons mis sur pied une infrastructure efficace et très intégrée avec le ministère de l’Intérieur, le ministère des Transports, la police et les douanes.

Aujourd’hui dans sa 14ème année d’opération, plus de 10 millions de documents électroniques ont été émis au Salvador et 76 000 nouvelles cartes sont émises chaque mois.

Je vois quatre avantages principaux pour les conducteurs, les pouvoirs publics et les contribuables:

• Commodité : les processus d’enrôlement biométrique et d’émission ne prennent que 30 minutes
• Recouvrement plus efficace des taxes : l’évasion fiscale a été réduite de 35 % en une seule année de fonctionnement
• Impact sur le commerce : l’importation illégale de voitures a énormément diminuée
• Impact sur les délits : le vol de voitures a été considérablement réduit

De plus, le programme a permis de mettre les conducteurs et les propriétaires de véhicules devant leurs responsabilités, avec pour résultat des habitudes de conduite plus responsables, moins d’accidents et une baisse des primes d’assurance."

Quels sont vos recommandations pour nos lecteurs ?

"Je dirais :

1. Protéger le permis de conduire électroniquement afin de lutter activement contre la fraude et accroître le niveau de confiance dans le document. J’ajouterais que, comme au Salvador, un enrôlement biométrique et des renouvellements plus rapides sont également essentiels. Utiliser un document créé il y a 40 ou 50 ans, et toujours en circulation, n’est pas acceptable !

2. Garantir la conformité avec les normes internationales et régionales des permis de conduire. Le Salvador est un petit pays et l’interopérabilité avec d’autres pays peut contribuer à la lutte contre les délits transfrontaliers.

3. Créer un registre des permis de conduire et des immatriculations moderne et sécurisé sur lequel la police et les autres administrations publiques peuvent s’appuyer en toute confiance et durablement.

4. Essayer d’établir une plateforme partagée évolutive pour le permis de conduire pouvant être utilisée pour fournir des services à tous les pouvoirs publics, ainsi qu’à des organisations privées.

5. Garantir aux titulaires du permis de conduire que leurs données personnelles sont protégées et peuvent être échangées en toute confiance.

6. Faciliter le travail quotidien de la police grâce à des équipements de vérification mobiles permettant des contrôles fiables. Des économies significatives peuvent être réalisées ici."