Identité numérique forte: le cas de la carte d'identité nationale électronique


​​​​​​​​​Dernière mise à jour le 3 mars 2018 

Au cours de ces dernières années, les cartes d'identité nationale électroniques (également connues sous l'appellation cartes e-ID) ont été introduites dans de nombreux pays en particulier comme un des supports d'une identité numérique forte​

Les citoyens de ces pays les utilisent avec un enthousiasme grandissant. Mais, dans les pays où la technologie de la carte à microprocesseur est loin d'être adoptée, elles continuent à faire débat. 

Les critiques les plus courantes portent sur: 

  • la menace potentielle pesant sur les droits civiques et le respect de la vie privée, 
  • un manque de confiance dans la fiabilité et la sécurité de ces systèmes, 
  • la conviction que ces cartes sont tout simplement inutiles. 

Cependant, une évaluation mesurée des nombreux déploiements de cartes d'identité nationale électroniques actuellement opérationnels apportent cinq réponses claires​.​

Carte d'identité nationale electronique

Une garantie de sécurité et de protection des données personnelles des citoyens dans un monde numérique 

​Au cours des dix dernières années, le nombre d'échanges numériques a connu une augmentation exponentielle. Mais, l'attrait évident de la facilité d'utilisation va de pair avec la perception largement répandue que les supports électroniques sont relativement fragiles. 

L'absence des traditionnels « preuves écrites » et témoins oculaires, caractéristiques des moyens d'échange électroniques, a rapidement conduit à rechercher une solution permettant de garantir l'identité de l'émetteur ou du receveur. 

Depuis 1997, la conception et le déploiement de cartes d'identité nationale électroniques (CNIe) sécurisées ont cherché à répondre à cette exigence. 

Le résultat, à savoir l'idée d'une carte d'identité valable à la fois pour les domaines physique et numérique, est devenu une réalité pour des millions de personnes et est devenu un des outils de la révolution numérique en particulier pour la dématérialisation des processus administratifs​.

Certains pays visionnaires ont également adopté l'ID mobile (ou mID) en créant un système qui emploie un composant d'identité électronique pour accéder aux services en ligne avec un niveau élevé de sécurité grâce aux appareils mobiles, comme nous l'indiquions dans notre Livre blanc sur les programmes nationaux d'ide​ntité mobile en décembre 2014. 

Un outil pour accéder à de nombreux services

Aujourd'hui, plus de 60 pays ont mis en place un programme d'identité régalienne sécurisée et la majorité d'entre eux émettent des cartes d'identité nationale électroniques. 

En outre, le format électronique de ces cartes signifie que, en plus d'être utilisées avec les applications à signature numérique, elles conviennent parfaitement à d'autres usages - détaillés dans Faits et tendances 2016, publié en mai 2016. 

Elles permettent à l'utilisateur d'accéder aux infrastructures de l'entreprise ou à des emplacements sécurisés, et d'y incorporer les cartes de sécurité sociale, voire même dans certains pays, les permis de conduire, les cartes de santé, les cartes d'accès aux transports publics, les cartes de paiement et même les cartes bancaires.​​

Une identité régalienne numérique supportée par une technologie fiable 

Avec les cartes bancaires à puce, des milliards de dollars sont envoyés chaque jour dans le monde sans être volés. 

La même technologie peut être utilisée pour répondre à la menace grandissante de la fraude à l'identité.​

Identité digitale

La carte  à micro-processeur (et la carte SIM de votre téléphone mobile) qui protège vos données d'identité est considérée comme le moyen d'authentification le plus sécurisé.

 Elle permet de lutter contre le vol d'identité et de protéger efficacement les données personnelles des citoyens. C'est la raison pour laquelle elle est reconnue comme le meilleur support d'une identité numérique forte (ou identité régalienne) et autoriser l'accès aux applications d'e-gouvernement. 

Cette approche peut également être utilisée pour héberger toute une gamme d'autres services et utilisations, comme les paiements électroniques, le porte-monnaie électronique, la signature/consentement numérique​, l'authentification, l'identification et les cartes de transport. 

Cette technologie protège désormais plus d'un milliard de passports électroniques  à mi 2017.

Une carte nationale eID peut conduire à une plus grande transparence 

Un exemple de programme d'identité national qui confère de nouvelles responsabilités aux citoyens est le projet e-ID d​e la Belgique. 

La législation qui a accompagné l'introduction de la nouvelle carte d'identité électronique en Belgique exigeait du gouvernement qu'il offre aux citoyens une application « Mon dossier », accessible en ligne. Ils peuvent ainsi savoir qui a accédé à leurs données personnelles. Les citoyens disposent aussi d'un formulaire de requête ou de réclamation qui leur permet de demander au gouvernement un justificatif pour tout accès enregistré. Des droits identiques s'appliquent à plusieurs autres programmes européens d'identité électronique. 

De la sorte, un principe démocratique fondamental est observé : si une nouvelle contrainte est introduite (en l'espèce, des traces numériques), un nouveau droit est proposé (la transparence). 

Chaque fois qu'un fonctionnaire de l'administration accède au Registre national des données belge, un enregistrement  est conservé, dans laquelle sont notés l'identité et le lieu de travail du fonctionnaire qui a accédé aux données personnelles d'un citoyen, ainsi que la date de connexion. Au cours des six mois suivant l'accès, le citoyen peut consulter ses bases de données personnelles et accéder à ces informations​. ​

Transparence des identités nationales

​« 1984 » n'a pas eu lieu

​La crainte qu'un système de carte d'identité soit la porte ouverte à plus de contrôle et de surveillance des citoyens s'est révélée infondée. 
Très simplement, le scénario répressif imaginé par George Orwell dans son roman « 1984 » ne s'est jamais produit. Un programme d'identité national n'est pas synonyme de gouvernements totalitaires exerçant un pouvoir absolu.
 

La réalité est que « 1984 » n'est pas devenu une réalité en Autriche, Finlande, Italie, Suède, Espagne, Allemagne, Belgique, aux Pays-Bas, au Luxembourg, en Estonie, Lituanie, Malaisie, Afrique du Sud, Uruguay ou au Chili – pour ne citer que quelques uns des 60 pays qui ont opté pour la carte e-ID. 

Et n'oubliez pas : une carte eID reste là ou vous voulez - dans votre poche ou votre téléphone mobile.

Vous seul pouvez décider si vous voulez l'utiliser et à quel moment. ​

La CNIe est un maillon central de la chaîne de confiance 

La question de la continuité juridique est au cœur de la transformation numérique de nos échanges et de nos transactions. 

Quel que soit le support, les échanges numériques devraient bénéficier de la même sécurité juridique que leurs équivalents physiques. 

Partout dans le monde, les gouvernements cherchent à augmenter:

 

  • l'efficacité
  • le développement
  • l'inclusion économique

 

 avec pour but ultime de mieux servir leurs citoyens, de façon fiable, sécurisée et transparente. 

Ils déploient des systèmes de confiance d'identité nationale non seulement pour rationnaliser les services et les processus dans des domaines tels que les services sociaux, les impôts, le vote local et l'administration, mais aussi pour promouvoir les services privés en stimulant l'économie numérique, tout en réduisant les coûts. 

Une identité numérique fiable est un enjeu majeur pour une économie numérique moderne

Gemalto pense que les économies numériques modernes sont fondées sur la mise en place d'identités numériques fiables pour les citoyens. 

C'est la seule façon de garantir le niveau de confiance nécessaire dans Internet et les futurs appareils mobiles, avec des solutions d'authentification et de signature interopérables, via la mise en place d'appareils portables sécurisés (« éléments sécurisés »), tels que des cartes SIM basées sur une infrastructure à clés publiques (PKI), des cartes d'identité, ainsi que bien d'autres dispositifs innovants. 

Notre expérience internationale nous a montré que la mise en place d'une carte e-ID de confiance et sécurisée comme support d'une identité numérique forte, est essentielle pour l'adoption des solutions d'e-gouvernement par le citoyen. Le citoyen est celui qui doit porter sur lui cet objet physique – un coffre-fort numérique contenant son identité, ses données personnelles et ses droits – et permettant l'authentification forte par au moins deux facteurs : « ce que j'ai » (mon objet portable sécurisé) et « ce que je sais » (mon code confidentiel).

Identité numérique fiable

​Qu'est-ce que la sécurité à l'ère du numérique ?  

La sécurité nous offre le pouvoir d'être plus créatif dans la promotion de notre bien-être - tout en limitant les effets de l'incertitude du mieux que nous pouvons. La sécurité n'est pas une contrainte, une limite ou une restriction. C'est, au contraire, une clé ouvrant de nouvelles possibilités et qui nous rassure pour profiter pleinement des avantages du développement humain, dans le cadre de l'État de droit qui nous protège. 

Avec davantage de confiance et plus de sécurité, nous pouvons faire plus, et plus efficacement, pour mettre en œuvre les changements qui façonneront notre avenir. 

L'activité de Gemalto se concentre sur l'identité et la sécurité numériques. En même temps qu'il définit notre mission d'entreprise, notre slogan - « Security to be free » – renvoie aux valeurs qui sont au cœur de toute société numérique durable. 

Gemalto: savoir-faire industriel et large expérience

Pour promouvoir l'émergence d'une société plus libre et plus durable en la rendant plus sécurisée, Gemalto a structuré son approche et sa contribution aux programmes gouvernementaux en partageant son expérience internationale, son savoir-faire industriel et sa position de partenaire des pouvoirs publics dans de nombreux pays. 

Cette approche comprend trois principaux axes :

  • Sécurisation de l'identité régalienne des citoyens
  • Protection de leur confidentialité, de leurs données personnelles et de leurs droits numériques
  • Promotion d'un cadre de confiance optimal pour les échanges numériques afin de créer les conditions d'un déploiement fiable des services en ligne.​ 

Dans cet esprit, Gemalto collabore également avec ses clients pour analyser et promouvoir les meilleures pratiques sur ces sujets à travers la planète. C'est l'objet de ce dossier web. 

En savoir plus sur les programmes de CNI électroniques

​​​