Sécuriser les frontières du Ghana


​​​Le système électronique d’immigration permet au pays de toucher du doigt son objectif : devenir un pays développé à l’horizon 2029.

(Article publié en anglais /review)

Sécuriser les frontières du Ghana  

Véritable " lion d’Afrique ", le Ghana a connu une croissance économique remarquable au cours de ces dernières années. Aussi, le gouvernement du pays reconnaît la nécessité de bâtir une infrastructure dans laquelle l’économie peut s’épanouir et les flux migratoires, depuis les investissements d’affaires jusqu’au tourisme, ont été identifiés comme un composant vital. Un système électronique de gestion de l’immigration, reposant sur une puissante technologie de gestion des informations comme les visas électroniques et la biométrie, est appelé à jouer un rôle majeur dans ce développement.

En 2012, la Banque mondiale a financé le Service d’immigration du Ghana (GIS) afin de développer des infrastructures modernes pour le pays, alors que l’avenir de celui-ci se renforçait et évoluait technologiquement. Au lancement du processus, le gouvernement ghanéen visait quatre objectifs principaux.

Le premier était de mettre en place des procédures d’enregistrement, de validation et d’émission pour tous les visas et permis, de façon entièrement informatisée. Le deuxième objectif était d’établir un système national de contrôle des frontières moderne pour les sièges de l’administration, les bureaux régionaux, les frontières terrestres et maritimes, et les aéroports.

Le troisième consistait à déployer 10 portiques électroniques à l’aéroport international de Kotoka à Accra, la capitale ghanéenne, permettant le contrôle automatique aux frontières pour les citoyens ghanéens enregistrés et les personnes voyageant fréquemment. Enfin, le gouvernement souhaitait électroniser les services pour tous les types de visas et de permis via un portail Internet.

"Le projet induira auprès des voyageurs et des investisseurs le sentiment que le Ghana est un pays sûr, dans lequel l’investissement comme le tourisme peut réussir", se félicite Michel Viano, directeur du projet du consortium chez Gemalto.  "Les services fournis par le biais de ce projet de système d’immigration électronique créeront un environnement sécurisé pour l’économie numérique, avec un stockage plus efficace des données, utilisables pour le développement des politiques, de la recherche et des affaires. Cette technologie créera une demande pour des plateformes numériques, qui induiront des emplois et des occasions de développer l’esprit d’entreprise."

Résolument tourné vers l’avenir

Le Ghana est en train de mettre en place sa première politique nationale de migration, définie conformément aux dernières technologies disponibles. Le pays doit être capable de répondre à une demande qui croît régulièrement depuis quelques années. La technologie de sécurité avancée permet aux citoyens de se sentir rassurés et soutenus, sans pour autant se sentir surveillés et contrôlés. Elle laisse la place au développement humain et encourage l’investissement interne grâce à une infrastructure modernisée.

Au cœur du système d’immigration électronique se trouve le registre de la population des voyageurs. Sécurisé par un système d’identification des empreintes digitales, il ajoute les nouveaux voyageurs au registre et identifie automatiquement ceux qui ont déjà franchi la frontière auparavant. L’utilisation de la biométrie permet au système de gérer plus efficacement les voyageurs, et aidera le Service d’immigration du Ghana à offrir un processus fiable et pratique à tous ceux qui franchiront les frontières du pays.

L’investissement dans ce genre de technologie peut transformer un pays et stimuler sa croissance économique. L’intégration des appareils mobiles et des systèmes informatiques modernes dans la vie professionnelle est importante, mais la technologie en matière de sécurité a également un rôle crucial à jouer pour impliquer un changement positif.

Lire le communiqué de presse

 

 

 Documents