La télématique au service de l’automobile


​​​La technologie automobile intelligente pourrait réduire vos primes d'assurance, vous prévenir des accidents sur la route et signaler automatiquement les véhicules en panne.​

Tout conducteur a besoin d'une assurance automobile, mais personne n'aime devoir chercher la meilleure offre sur le marché, ou encore payer ses primes. Pourtant, cette dépense essentielle et mal-aimée ouvre une fenêtre sur le monde de la télématique automobile : la technologie à l'œuvre derrière les « boîtes noires » peut repérer les habitudes de conduite et, à condition de se montrer raisonnable, faire baisser les primes.

 

 

Ces boîtiers existent depuis quelques temps déjà, mais sont loin d'exploiter au maximum le potentiel de la télématique​ – domaine dont les avancées accélèrent aussi vite que les voitures qui bénéficieront de cette nouvelle technologie.

Les boîtiers d'assurance – auxquels des politiques spécifiques sont associées – sont devenus, après des débuts au sein des flottes commerciales, des équipements de haute technicité, et constituent l'un des rares instruments de télématique qui attire l'intérêt des consommateurs.

Equipés de capteurs de mouvements, ces gadgets utilisent également un GPS pour détecter certains comportements du conducteur, lors d'une puissante accélération par exemple, d'un freinage brutal ou encore du dépassement des limitations de vitesse.

Bien qu'ils puissent paraître intrusifs, les chiffres laissent à penser que ces boîtiers connaissent un certain succès. Un rapport récent publié par la société de conseil et de gestion des risques Towers Watson a en effet établi que la majorité des conducteurs des six principaux marchés européens d'assurance étaient prêts à adopter la télématique, ce chiffre atteignant 70 % en Italie et en Espagne. La situation est aussi optimiste en Grande-Bretagne : le site comparateur de prix GoCompare révèle que 57 % des conducteurs britanniques utiliseront l'assurance basée sur la télématique d'ici 2017.

Nouvelles applications

Il existe bien d'autres applications pour ce type de technologie. Towers Watson estime d'ailleurs qu'un « nombre significatif » de conducteurs de plus de 35 ans « a répondu positivement » à la perspective de « services supplémentaires tels que la surveillance contre le vol, les appels d'urgence automatiques et les avis de pannes en contrepartie d'un coût additionnel. »

De tels services auront un impact important sur notre manière de conduire. Des systèmes comme la prochaine initiative européenne eCall – conçue pour apporter une assistance rapide aux conducteurs impliqués dans une collision partout au sein de l'Union européenne – promettent d'alerter les services d'urgence et de leur fournir toutes les informations disponibles en cas d'accident de la route.

Et ce n'est qu'un début. Un jour, des capteurs préviendront le conducteur lorsque son véhicule sera trop près d'une autre voiture, et des systèmes de diagnostic pourront indiquer précisément aux mécaniciens d'éventuels dysfonctionnements – parfait pour réduire le coût des réparations et le temps qui leur est consacré. Les systèmes embarqués estimeront les blessures probables dans les accidents et les mises à jour logicielles pourront apporter aux véhicules de nouvelles informations sur le trafic et les zones de travaux, le tout sans aucune intervention de la part de l'utilisateur.

Avec la croissance de la télématique, les gouvernements et les grandes entreprises ont déjà commencé à proposer des normes et des réglementations à l'industrie. La loi eCall paneuropéenne, par exemple, exigera que les voitures neuves puissent envoyer l'identification du véhicule, des informations sur l'impact, et les coordonnées GPS aux services publics d'urgence en cas d'accident.

Et l'Europe n'est pas la seule concernée : le gouvernement brésilien a de son côté fait voter une loi en 2011 pour installer des appareils de suivi dans chaque voiture neuve, ce afin de lutter contre les vols de véhicules.

Car les systèmes télématiques ne se contentent pas de surveiller votre conduite et de réduire vos primes d'assurance – ils détectent les accidents, estiment les dommages, vous protègent, soulignent les problèmes routiers, suivent et désactivent les voitures volées et se mettent tous seuls à jour sans aucune intervention de l'utilisateur.

Et bien que le chemin vers la standardisation de ces innovations puisse paraître encore long, ce sont des  initiatives telles que eCall qui nous laissent entrevoir la perspective des voitures connectées du futur.