Pas de billet, s’il vous plaît


L'an dernier, Transport for London a fait évoluer son système billettique afin d'accepter le paiement bancaire EMV sans contact dans son métro londonien, le système de transport sous-terrain le plus ancien au monde. 
(Article tiré du magazine en anglais The Review, 1ère édition 2015​)​​​

 

Aux heures de pointe d'une grande ville, ce sont des milliers d'usagers des transports en commun qui se pressent aux portillons, des employés en retard qui attendent dans des files d'attente et qui se perdent dans la foule pour recharger leurs cartes ou acheter des billets aux distributeurs automatiques. Pour les Londoniens, tout cela est en train de changer. Le paiement sans contact est désormais une réalité.

En septembre 2014, Transport for London (TfL) a introduit l'acceptation du paiement bancaire sans contact dans tout son réseau de transport public. À savoir, non seulement le métro (plus connu sous son surnom de Tube), mais également les bus, les tramways, le Docklands Light Railway, le London Overground et la plupart des services du National Rail dans la capitale. Les usagers peuvent maintenant utiliser leurs cartes bancaires​, leurs porte-clés et leurs téléphones mobiles compatibles EMV​ et NFC (Near-Field Communication)​ pour payer leur trajet. Plus d'un million de paiements sans contact ont été enregistrés au cours de la première semaine.​​

Chaque jour, 12 millions de trajets sont effectués dans le système de transport public de Londres. Dans un environnement déjà très animé, le temps passé à acheter son billet complique inutilement les choses.

C'est la raison pour laquelle Oyster (une carte à puce sans contact) a été introduite dès 2003, mais 11 ans plus tard, un besoin de changement s'est fait sentir. L'ancien système oblige les clients à contrôler le montant des fonds disponibles sur leur carte et reste complexe à faire fonctionner. Avec le sans contact, il suffit aux usagers de valider leur passage à l'entrée et à la sortie avec leur carte. Toutes les cartes émises par Visa, MasterCard, Maestro ou American Express dotées du symbole du paiement sans contact devraient fonctionner sans problème avec le système TfL.

L'un des principaux avantages de ce système est sa simplicité. Les visiteurs n'ont pas besoin de comprendre le système de billettique, de se procurer une carte Oyster ou de la recharger – il leur suffit de se servir de leur carte bancaire sans contact. Et, bien que certaines restrictions s'appliquent aux cartes internationales, les visiteurs de 57 pays ont à ce jour utilisé le système.

Les voyageurs peuvent également payer à l'aide d'un bracelet comme le bBay de Barclays, qui utilise l'Optelio Contactle​ss MiniTag​. Côté smartphone, le réseau mobile EE vient de présenter le système de paiement mobile Cash on Tap, qui fonctionne sur les smartphones équipés de la technologie NFC, tout comme le SmartPass de Vodafone Wallet.

TfL a opté pour une introduction progressive afin de permettre aux usagers de s'habituer au changement. La phase initiale a vu l'introduction du sans contact dans les bus de Londres en décembre 2012, suivie par une phase pilote dans le métro et le réseau ferré de la capitale en avril 2014.

« Londres possède l'un des réseaux de transport urbain les plus chargés et les plus complexes du monde. Chaque avancée a dû être méticuleusement planifiée pour éviter de perturber un tant soit peu le trajet des usagers », explique un porte-parole de TfL. « Il a fallu que le secteur du transport et celui des paiements collaborent pour créer un nouveau modèle de transaction. Certaines des règles de fonctionnement des cartes de paiement sans contact dans l'environnement de la distribution, comme l'utilisation d'un code PIN, ont dû être modifiées pour garantir la viabilité du mode de paiement dans le réseau de transport. »

Le modèle de transaction choisi aligne les procédures des secteurs de la finance et du transport. Ensuite, l'aspect mobile a été introduit. Le modèle peut être mis en œuvre dans n'importe quel réseau de n'importe quel pays, et les administrations des transports du monde entier ont observé avec intérêt ce qui se passait à Londres – y compris la façon dont TfL avait préparé les usagers au changement. 

Attention à la marche

Des affiches, des annonces et des opérations de marketing numérique ont été déployées pour expliquer le système, y compris le nouveau terme de « card clash » (ou conflit de carte), une façon simple de décrire une situation rare où l'utilisateur est facturé sur la mauvaise carte​ parce que le client présente en même temps deux ou plusieurs cartes au capteur.

La sécurité était également un point important à prendre en compte, et le système de TfL est considérablement plus sécurisé que l'utilisation d'espèces. Les cartes de paiement sans contact embarquent plusieurs couches de sécurité destinées à lutter contre la fraude et revendiquent le même niveau de protection que les paiements par carte à puce et code PIN.

Les institutions financières ont applaudi le changement et enregistré une croissance significative de l'utilisation du sans contact. La HSBC constate : « …une augmentation des transactions sans contact, aussi bien en nombre qu'en valeur moyenne. Plus de 75 % des clients HSBC et First Direct éligibles possèdent déjà une carte bancaire sans contact. » Pour Richard Koch, responsable de la stratégie de l'Association britannique des cartes (UK Cards Association) : « Le déploiement de la technologie sans contact dans tout le réseau de transport de Londres a été accueilli avec enthousiasme par les londoniens. 1,8 million d'entre eux utilisent leur carte sans contact pour leurs trajets quotidien et, sur l'ensemble des trajets réglés à l'unité, près d'un passager sur dix a adopté ce système. Finie la queue pour les billets ! Nous travaillons déjà avec d'autres opérateurs au Royaume-Uni qui comptent s'en inspirer. »

Selon TfL, les voyageurs ont réalisé plus de 30 millions de trajets en bus et par chemin de fer à Londres en utilisant le paiement sans contact depuis 2014. Et, avec cette technologie utilisée maintenant pour 12 % des trajets achetés à l'unité, les usagers ont clairement opté pour cette nouvelle évolution du monde de la billettique. ​